Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 
 
 
 
 

Schismatomma ricasolii (A. Massal.) Egea et Torrente - [-ID 4-] 
= Chiodecton graphidioides Leight. = Enterographa graphidioides (Leight.) Almb.
= Enterographa pseudorufescens (B. de Lesd.) Redinger = Enterographa rimata (Nyl.) Zwackh
= Lecanactis ricasolii A. Massal. = Opegrapha pseudorufescens B. de Lesd.
= Opegrapha ricasolii (A. Massal.) Jatta = Platygrapha rimata Flot. ex Nyl.
= Schismatomma graphidioides (Leight.) Zahlbr. = Schismatomma rimatum (Nyl.) Almq.

Photos 1-8 Olivier et Danièle Gonnet - 2019 - sur Pistacia - Capo Rosso, Piana - Corse - (02) -
Photos 9-10, le spécimen précédent par Jean-Michel Sussey
(leg. et dét. Danièle Gonnet)


 

Ascomycota - Arthoniomycetes - Arthoniales - Roccellaceae

 

Thalle : crustacé, épiphléode, gris pâle à blanchâtre, assez épais (0,5-1 mm), souvent fendillé, à surface irrégulière ; parfois limité par un hypothalle noir ;  présence de cristaux d'oxalathe de Ca dans le thalle.

Photosymbiote : algue verte du genre Trentepohlia.

Réactions chimiques : R-, hyménium I+ bleu.

Apothécies : nombreuses, souvent lirelliformes, de formes variables y compris d’étoilée, arrondies, ± allongées, noires, à contour irrégulier, 0,2-1 mm de Ø, parfois ramifiées, entourées par le thalle qui fait comme une aréole. bien visibles ou non. Hypothécium épais, brun/noir, concolore à l'épithécium, bord thallin peu saillant blanc, disque noir, parfois pruineux. Paraphyses simples ou peu ramifiées.

Spores : 25-40 x 2-4 µm, étroitement fusiformes, souvent légèrement incurvées à ondulées, à 3 cloisons ; à l’intérieur de l’asque, les spores sont rectilignes mais souvent enroulées ensemble ; sorties de l’asque, elles sont souvent courbes ou même sigmoïdes.

Pycnidioconidies bacilliformes, simples, droites ou incurvées, de 4-5 × 1,3-1,5 µm.

Habitat : sur écorce de feuillus (sur Pistacia pour le thalle présenté pour le thalle présenté par O. et D. Gonnet ; sur Quercus pour celui de J.-M. Sussey), plutôt sciaphile, aérohygrophile, non nitrophile. Ombroclimats subhumide et humide. Étages collinéen, mésoméditerranéen et supraméditerranéen, rarement thermoméditerranéen.

Espèce assez rare de la région méditerranéenne, potentiellement menacée.

 

Étymologie : Schismatomma vient du grec « schisma » = division et du grec « tom » = fente, coupure (allusion aux apothécies en forme de lirelle) ; ricasolii en hommage à C. Ricasoli découvreur de ce lichen en Toscane (Italie) en 1852. Il fût déterminé par le Professeur Garovaglio Santo botaniste de l’université de Pavie (Italie).

 

Remarque : Les Schismatomma sont surtout des espèces corticoles des pays chauds où on dénombre plus de 70 espèces différentes.

 

Bibliographie

- Roux Cl. et coll., 2020. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 3e édition revue et augmentée. Édit. Association française de lichénologie (A.F.L.), Fontainebleau, 1769 p.

- Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. 893 p.

- Wirth et all., 2013, Die Flechten Deutschlands, 1243 p.

- Smith C. W., Aptroot A., Coppins B. J., Fletcher A., Gilbert O. L., James P. W. and Wolseley P. A., 2009 - The lichens of Great Britain and Ireland. The British Lichen Society and the Natural History Museum Publications édit., London, 1046 p. (p. 446, n° 1987).

- Van Haluwyn C., Asta J., avec la collaboration de Gavériaux J.-P., 2009 – Guide des lichens de France. Lichens des arbres. Belin édit., Paris, 240 p. (p. 156).

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2020-1

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]