Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 

Umbilicaria decussata  (Vill.) Frey. = Gyrophora reticulata

Photos 1-3 Olivier Gonnet  (sur grès - Hautes-Alpes - 92)
Photo 4 et 5 : apothécies, asque et spores  Jean-Paul Montavont
Photo 6 Marie-Claude Derrien - session AFL 2014 en Haute Ubaye - Alpes-de-Haute-Provence - (04) -
Textes de Jean-Michel Susssey


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Umbilicariales - Umbilicariaceae
 

Thalle : foliacé, ombiliqué, très généralement monophylle, 1-5 cm de Ø ; face supérieure généralement gris cendré, mais parfois plus foncée, gaufrée par un réseau de nervures très en saillie formant des mailles polygonales finement fendillées-aréolées et granuleuses, gris vert ou gris cendré. Face inférieure sans rhizines mais couverte de propagules unicellulaires microscopiques (5-7 µm) formant comme un velours noir de suie sauf sur la bordure qui est plus pâle.

Photosymbiote : algue verte du genre Trebouxia.

Chimie : médulle P-, K-, KC+ rouge, C+ rouge (acide gyrophorique).

Apothécies : très rares, légèrement pédicellées. Hypothécium brun. Spores subglobuleuses, incolores, par huit, 7-11 x 4- 6 µm.

Écologie, répartition : Saxicole, calcifuge. Sur des sommets rocheux, parois et surfaces plus ou moins inclinées, dans des stations bien éclairées, soumises à de grands vents, abondamment arrosées par les pluies mais restant peu de temps recouvertes par la neige. De l’étage subalpin à l’étage nival.

 

Étymologie : Umbilicaria vient du latin « umbilicus » = ombilic, nombril (point de fixation unique) ;  decussata vient du latin « decusso » = croiser en forme d’X, croiser en sautoir (en rapport avec les plis réticulés de la face supérieure du lichen).

Synonymes : Agyrophora decussata (Vill.) Gyeln., Gyrophora discolor Th. Fr., Gyrophora decussata (Vill.) Zahbr., Gyrophora reticulata (Schaer.) Frey, Lichen decussatus Vill., Omphalodiscus decussatus (Vill.) Schol., Umbilicaria reticulata (Schaer.) Carestia

 

Remarque : Umbilicaria nylanderiana possède également une face supérieure chagrinée mais

- sa face supérieure est presque entièrement noire,

- son gaufrage est plutôt limité à l’ombilic, formé de nervures arrondies, brunes et beaucoup moins saillanttes,

- sa face inférieure est entièrement noire ou noirâtre.

 

Reproduction partielle de l'une des 12 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2012_2 par Jean-Michel Sussey

 

 

[Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]