Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 

Scerophora pallida (Pers.) Y. J. Yao et Spoone = Coniocybe subpallida = Sclerophora nivea

Photos JP Gavériaux, Serge Poumarat et Jean-Michel Susssey 
session AFL 2013 dans le Forez - Puy-de-Dôme - (63) -


 

Ascomycota - Pezizomycotina incertae sedis - Coniocybaceae
 

Thalle : crustacé, très souvent invisible (thalle endophléode), très mince, lisse, non pulvérulent, blanchâtre.

Photosymbiote : algue verte du genre Trentepohlia à cellules algales sphériques jaunes ou orangées.

Chimie : thalle R-, spores mûres K+ violet (avec souvent une formation de gros cristaux en forme de plume).

Apothécies : stipitées, constituées d’un pied très effilé de 0,4-0,7 mm de hauteur et de 0,06-0,10 mm de diamètre, jaune pâle ou blanchâtre (chez les jeunes apothécies, le pied peut être nul) et d’une tête (0,2-0,4 mm) lenticulaire ou plus ou moins sphérique entourée d’un rebord propre bien développé, de la même couleur que le pied et surmontée d’une cupule portant le mazédium (masse gélatineuse puis pulvérulente dans laquelle sont dispersées les ascospores parmi les restes d’asques et de paraphyses) plus ou moins brun roux.

La cupule et le sommet du pédoncule peuvent être recouverts d’une  pruine constituée de très fins cristaux jaune blanchâtre.

Spores globuleuses, verruqueuses, incolores, bisériées, par huit, de 7-9 µm de diamètre.

 

Récolte : Herb. JMS. N° 2835 - 23.08.13 - 63220 Novacelles, à gauche du pont à l’entré du village, alt. : 790 m., sur écorce d’un vieux frêne, au bord de la Dolore.

 

Écologie, répartition : corticole. Dans les crevasses sèches (protégées des pluies) des écorces d’arbres à feuillage caduc et plus particulièrement du genre Fraxinus (frêne) ou Tilia (tilleul). Dans des stations à ambiance humide, sur des arbres plus ou moins isolés, bien éclairées mais pas directement ensoleillés. Assez rare. Étages collinéen et montagnard.sur écorce de feuillus, à l'abri des pluies directes, dans les crevasses du rhytidome de vieux arbres. Espèce aérohygrophile, rare, donnée dans le catalogue comme espèce patrimoniale d’intérêt national ; en danger d’extinction.

 

Étymologie : Sclerophora vient du grec « skléros » = dur, sec, sclérote et du grec « phor » = qui porte un sclérote (en rapport avec la fructification) ; pallida vient du latin « pallidus » = pâle, blême (en relation avec la couleur de la fructification).

 

Synonymes : Coniocybe curta H. Magn., Coniocybe nivea (Hoffm.) Arnold non Tuck. et Mont., Coniocybe pallida (Pers.) Th. Fr., Coniocybe pallida var. xanthocephala (Wallr.) Schaer., Coniocybe stilbea Ach. nom. illeg., Coniocybe subpallida Nyl., Sclerophora nivea (Hoffm.) Tibell.

 

Remarques :

- Les Coniocybe ont des spores sphériques, brun clair, simples ou à 1 cloison,

- Les Stenocybe, des spores à 3-7 cloisons,

- Les Calicium, des spores à 1 cloison, brun foncé dès le départ.

- Chaenotheca gracilenta a le pédoncule noir et ses spores, brun pâle ou incolores, ont une surface craquelée.

 

Bibliographie :

- Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo, SBCO, p. 346, sous le nom de Coniocybe subpallida.

- Catalogue des lichens de France, C. Roux et coll., 2014, pages 1074 et 1075.

- Wirth V., 1995 - Die Flechten Baden-Württembergs (tome 1). Ulmer édit., Stuttgart, 1006 p. (p. 853).

 

Reproduction partielle de l'une des 12 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2015_2 par Jean-Michel Sussey

 

 

[Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]