Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 

Solorina bispora Nyl. subsp. bispora phyco. bispora

Photos 1-5 Alain gardiennet - 4/08/2014 - 2550 m - Saint-Sorlin-d'Arves - Savoie (73)
Photo 6 Patrice Lefrançois - session AFL 2014 - Haute Ubaye - (04) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Peltigerales - Peltigeraceae

 

Thalle squamuleux, gris ± verdâtre, pruineux, squames ayant jusqu'à 1 cm² non ombiliqué, gris clair ou gris brun, toujours recouvert de pruine blanche, devenant d’un beau vert au contact de l’eau, disposées autour des apothécies, pseudo-céphalodies nombreuses. Face inférieure du thalle de blanchâtre à gris brun, sans veines distinctes.

Photosymbiotes : algue verte (Coccomyxa) et cyanobactérie (Nostoc) dans des céphalodies externes.

Chimie : R-, pas de réactions caractéristiques.

Apothécies : enfoncées dans la squamule, à disque brunâtre et luisant, sans rebord, immergée au fond d’une dépression bien visible. Épithécium brun. Hyménium et hypothécium incolores.

Asques bisporiques, spores ellipsoïdales, uniseptées, brunes à maturité et à paroi ornementée, légèrement rétrécies au niveau de la cloison, incolores au début puis brunes à maturité, de 60-120 x 27-60 µm.

Écologie, répartition : Terricole, saxiterricole, calcicole. Sur sol humifère ou sur la poussière accumulée dans les anfractuosités de rochers calcaires, dans des stations aérées mais non ventées, bien éclairées et même ensoleillées, sur des supports humides et restant longtemps sous la neige. Assez commun. Montagnes et régions froides. Étages subalpin, alpin et nival.

 

Étymologie : Solorina vient du nom d’une montagne de la Tarraconnaise (Espagne romaine) ; bispora vient du latin « bi » = deux et du grec « spor » = semence (à deux spores).

 

Remarque : Solorina spongiosa a un thalle réduit à une collerette autour des apothécies et ses spores plus petites sont par quatre dans chaque asque.

 

Cette espèce a fait l'objet d'une des 12 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2011_2 par Jean-Michel Sussey

 

Petite clé de détermination des espèces du genre Solorina (JP Gavériaux)

Clé très simplifiée établie à partir de la clé de Claude Roux (Likenoj de Okcidenta Europo - 1985)

 

- Thalle foliacé en général bien développé (parfois réduit à un collier entourant l’apothécie), gris-vert à ± vert vif en présence d’eau ; pas de cortex inférieur sauf sous les apothécies ; étroitement appliqué au sol par des rhizines peu nombreuses mais robustes.

- Algues Coccomyxa (fusiformes avec un chloroplaste pariétal longitudinal et des zones claires dépourvues de cytoplasme) et Nostoc dans des céphalodies internes ou externes.

- Apothécies lécidéines enfoncées dans le thalle, asques de type Peltigera, ayant de 2 à 8 spores brunes, unicloisonnées. Pycnides inconnues.

- Les Solorina sont des lichens terricoles surtout fréquents dans les hautes montagnes et les régions froides.

 

 

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]