Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
thalle K+ jaune et rebord de l'apothécie I+ bleu (dans l'encadré)

Rinodina capensis Hampe = Rinodina corticola = Rinodina teichophila var. corticola

Texte et photos 1-2 Jean-Michel Sussey  - 25/08/2004 - Sur écorce de bouleau
Vallée de l'Aston, Coudène, 1050 m - Ariège - (09) -
Photos 3-5 Danièle et Olivier Gonnet - 10/10/2014 - Site de Mucchiatana, alt. 5 m - Corse - (20) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Caliciales - Physciaceae

 

Thalle : crustacé, gris verdâtre ou gris blanchâtre, non granuleux pulvérulent

Photosymbiote : algue verte autre que Trentepohlia.

Chimie : thalle P+ jaune ; thalle et rebord de l'apothécie K+ très légèrement jaunâtre ; épithécium sous microscope K-, N- ; rebord de l'apothécie, sommet de l'asque et tholus I + bleu violet.

Apothécies : épithallines (0,3-0,7 mm) à rebord thallin assez épais ayant un aspect irrégulier et débordant sur le disque brun au début puis devant très foncé, presque noir à la fin. Au début le disque est plat puis devient légèrement convexe. Épithécium brun.

Grandes spores brunes, de type Physcia, par huit, de 18-23(27) x 8-12 µm. Le rebord de l'apothécie contient des cellules algales. La paroi de la spore a tendance à s'épaissir aux deux pôles et au niveau de la cloison. Présence d'un tore assez bien développé.

Écologie, répartition : corticole (surtout sur écorces lisses), aussi bien sur les arbres à feuillage caduque que sur les résineux, mais aussi quelquefois lignicole. Principalement en montagne mais également en plaine et même au bord de mer. De l'Europe centrale à l'Europe du sud, y compris le bassin méditerranéen et les régions atlantiques jusqu'à la Macaronésie.

 

Remarques : Pourrait être confondu avec plusieurs Rinodina voisins :

- Rinodina roboris a des spores de type Pachysporaria de 14-26 x 7-12 µm.

- Rinodina euskadiensis a des spores de type Mischoblastia qui sont sensiblement de même grosseur, de 20-25 x 10-12 µm.

- Rinodina sophodes a des spores de type Milvina de 13-19 x 6-9 µm

- Rinodina pyrina a des spores de type Physconia de 13-16 x 6-7 µm

- Rinodina albana a des spores de type Physcia de 18-22 x 9-11 µm et le cortex de l'apothécie est I- (sous microscope)

- Rinodina exigua a des spores de type Physcia de 13-18 x 6,5-9 µm et le cortex de l'apothécie est I- (sous microscope).

 

Étymologie : Rinodina vient du grec « rinos » = bouclier et du suffixe « ina » = ressemblant à (en référence à la forme des apothécies) ; capensis vient de la province du Cap (Afrique-du-Sud) et du suffixe latin « ensis » = provenant de, trouvé à.

 

Bibliographie

Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. Ilustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, n° spéc. 7, S.B.C.O. édit., St-Sulpice-de-Royan, 893 p. (p. 686, n° 32).

Giralt M. et Mayrhofer H., 1994. - Four corticolous species of the genus Rinodina (lichenized Ascomycetes, Physciaceae) containing atranorin in southern Europe and adjacent regions. Nova Hedwigia, 59 : (1 – 2), 129 – 142 (p. 132).

Ozenda P. et Clauzade G., 1970 - Les Lichens. Étude biologique et flore illustrée. Masson édit., Paris, 801 p. (p. 728, n° 2087).

Roux C. et coll., 2014 - Catalogue des lichens de France, pages 1034 et 1035.

 

Textes (tirés partiels) de l'une des 12 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2013_2 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]