Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


▲ Thalle sec avec céphalodies ▼
 
Thalle avec nombreuses céphalodies
Céphalodies contenant le photosymbiote secondaire (Nostoc)
La céphalodie prend naissance à la face inférieure du thalle,
puis elle s'intériorise et finalement fait saillie à la surface supérieure.
Thalle sec souvent vrillé tranversalement, ici sans céphalodies
Coupe de thalle (présence du photosymbiote primaire)
Thalle sec avec apothécies
Asque et ascospores fusiformes
Le thalle apothécié humide ressemble à Ricasolia virens

Ricasolia amplissima (Scop.) De Not. phycotype amplissima
Lobaria amplissima
=
Sticta glomulifera

Photos 1, 2, 4 et 6 Bernard Chipon et Françoise Guilloux - session AFL 2008 - Lozère - (48) -
Photos 3, 7, 8 et 10 Olivier Gonnet - 24/03/2014 - Miluccia - Corse - (20) -
Photo 9 Jean-Paul Montavont - Schémas de Jean-Claude Boissière


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Peltigerales - Lobariaceae

 

Thalle : foliacé de 15-30 cm de Ø, épais et rigide, lobes de 0,3-3 cm de large, arrondis, ondulés, divisés aux extrémités, un peu imbriqués vers le centre ; face supérieure gris blanchâtre (vert à l’état humide), lisse à vrillé transversalement, portant souvent des pycnides dispersées à orifices situés dans des verrues coniques. Présence assez fréquente de céphalodies coralloïdes brun-vert à brun-noir, ayant jusqu’à 2 cm de Ø (surtout quand il n’y a pas d’apothécies). Face inférieure avec un tomentum brun plus pâle vers la marge.

Photosymbiotes : Trebouxia ou Myrmecia dans le thalle, Nostoc ou Scytonema dans les céphalodies.

Chimie : thalle K+ jaune ou K-, médulle P-, C-, K+ jaune et KC+ rouge due à la présence de scrobiculine (métapepside également présent chez Lobarina scrobiculata).

Apothécies : occasionnelles, lécanorines, 1-8 mm de Ø, brun-rouge ; asques octosporés ; spores fusiformes, 40-60 x 6-7 µm, 1-3 cloisons, incolores à brunâtres.

Habitat : sur vieux troncs et branches principales de feuillus,dans les forêts humides, rarement sur roches non calcaires. Très sensibles aux pollutions et aux variations brutales du milieu.

 

Remarques 

- Espèce retirée récemment du genre Lobaria.

- Le thalle humide prend l'aspect du thalle de Ricasolia laetivirens (confusion possible).

- Ce champignon est également capable de vivre en n'utilisant que le photosymbiote secondaire, les nostocs (voir le phycotype umhausense).

 


Clé simplifiée des Lobaria s.l. regroupant actuellement les genres Lobaria, Lobarina et Ricasolia

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]