Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 

 

 

 

 

 

 

Ramalina siliquosa (Huds.) A.L. Sm. chémo. siliquosa = Ramalina scopulorum

Photos 1-2 Patrice Lefrançois - session AFL Normandie 2012 - Orne - (61) -
Photos 3-9 Olivier Gonnet - oct. 2015 - sur granite, Pointe Revellata, île de Cavallo - Corse - (20) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Lecanorales - Ramalinaceae

 

Thalle : épilithique fruticuleux, dressé ou pendant, jusqu’à 15 cm de longueur, gris-vert à vert jaunâtre ; lanières à section ovale ± remarquablement comprimée surtout au niveau des branches principales ayant 2-9 mm de largeur, très peu ramifiées, souvent partiellement ridées.

Photosymbiote : algue verte appartenant au genre Trebouxia.

 

Chimie : plusieurs chémotypes peuvent actuellement être définis en fonction des acides lichéniques trouvés dans la médulle ; toutefois, la variabilité des réactions chimiques colorées est grande et il n'est pas toujours possible d'attribuer un chémotype précis.

 

- Chémo. siliquosa à acide protocétrarique, P+ de jaune à rouge orangé, K-, C-, KC-.

- Chémo. à acide conhypoprotocétrarique, P-, K+ jaune, C-, KC+ jaune.

- Chémo. crassa à acide salazinique, P+ très jaune ou orange, K+ jaune puis rouge, KC- ou faiblement KC+ rouge, C-.

- Chémo. druidarum à acide 4-0 déméthylbarbatique, K-, C-, P-, KC+ rougeâtre.

- Chémo. sans acide lichénique, R-.

 

Apothécies : nombreuses, latérales, parfois terminales ; ascospores 10-20 x 5-6 µm, largement elliptiques ou légèrement réniformes, unicloisonnées. Pycnides fréquentes, souvent groupées et formant des nodosités irrégulières, avec des ostioles couleur chair (transparents sur thalle humide).

Habitat : sur roches siliceuses en bordure de mer au niveau de l’étage supra-littoral sec, plus rare dans l’intérieur sur vieilles églises, encore plus rare sur chêne ou frêne ; les apothécies ne se rencontrent pas lorsque l’on s’éloigne du bord de mer et les thalles sont plus courts.

 

Remarque : caractérisé par ses lanières comprimées latéralement, ses nombreuses apothécies latérales et sa localisation sur roches siliceuses en bordure de mer. Ramalina cuspidata est proche mais ses branches principales ont une section ronde et les ostioles des pycnides noirs.

 

Bibliographie :

- Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine de C. Roux et coll., 2014, aux éditions des Abbayes, pages 994 à 996.

- Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. p. 659.

- Delphine Parrot et al., 2013. Comparative metabolite profiling and chemical study of Ramalina siliquosa complex using LC-ESI-MS/MS approach, Phytochemistry, Elsevier, 2013, 89, pp.114-124.

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]