Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
Ostiole et canal ostiolaire (coupe verticale)
coupe du périthèce (coloration au bleu lactophénolé)
asque octosporé  et ascospores simples unisériées
coussin de rhizohyphes à la face inférieure de la squamule

Placidium lacinulatum (Ach.)Breuss = Catapyrenium lacinulatum

Photos 1 et 7 + texte Jean-Michel Sussey - 03/06/11 - Meyzieu, îles de Miribel-Jonage, lac d’Emprunt, alt. 180 m - (69) -
Photos 2 à 6 Olivier Gonnet - 4/10/2010 - Saint Florent la Strutta - Corse - (20) -


 

Ascomycota - Euromycetideae - Verrucariales - Verrucariaceae

 

Thalle : squamuleux ; squamules de rondes à plus ou moins trapézoïdales, ayant jusque 8 mm de Ø, à lobes arrondis et de 0,3-0,5 mm d'épaisseur, dispersées ou contigües, ne se recouvrant pas ou presque, aplaties, de concaves à légèrement convexes, de brun clair à brun foncé, mates, non pruineuses ou presque. Face inférieure de brun clair à brun noirâtre, avec des rhizines pâles et des rhizohyphes à peu près incolores, ne dépassant pas 4,5 µm de largeur.

Photosymbiote : algue chlorococcoïde.

Chimie : R- ; hyménium I+ bleu (orangé rougeâtre).

Périthèces : endothalliques, subglobuleux, ou légèrement piriformes, 0,6 mm de Ø, sans involucrellum, entièrement ou en grande partie enfoncés dans le thalle, à excipulum incolore mis à part le sommet plus ou moins noir, assez fréquents. Asques octosporés, cylindriques au début, puis claviformes. Spores simples, hyalines, ellipsoïdales, par huit, de 9-16 × 6-9 µm.

Micro : Cortex supérieur épais (40-90 µm), paraplectenchymateux, bien distinct de la couche algale (algue verte chlorococcoïde). Médulle constituée d’hyphes allongées à paroi peu épaisse et de cellules globuleuses à paroi mince, un peu imbriquée dans le cortex inférieur faiblement paraplectenchymateux avec des rangs verticaux de cellules peu nombreuses et peu ou pas alignées.

Pycnides (0,5 mm de diam.) laminales (à la face supérieure des squamules), immergées, incolores sauf tout à fait au sommet qui est brun noirâtre. Pycnidiospores ellipsoïdales-oblongues, de 3-5 × 1,5-2 µm.

Écologie, répartition : Terricole. Sur sol de sables fins argilo-calcaires, dans des pelouses rases, sèches, bien exposées au soleil, et sans présence de nitrates ou presque. Rare. De l’étage mésoméditerranéen à l’étage alpin.

 

Étymologie : Placidium vient du latin «placidus» = agréable, doux et du suffixe latin «ium» = qui indique une caractéristique (sans doute à cause de la couleur agréable du thalle) ; lacinulatum vient du latin «lacinia» = lambeaux, lobes, et des suffixes latins « ul » = petit et «atum» = muni de ( muni de lobules).

Synonymes : Catapyrenium lacinulatum (Ach.) Breuss, Clavascidium lacinulatum (Ach.) M. Prieto, Dermatocarpon trapeziforme auct. non J. König, Endocarpon hepaticum var. lacinulatum Ach., Placidium rufescens var. trapeziiforme A. Massal.

 

Remarques :

- Placidium lachneum (Ach.) B. de Lesd. avec qui il est souvent confondu, a des squamules souvent imbriquées et se recouvrant, dépourvues de rhizines, et des périthèces complètement immergés. La face inférieure est noire et la structure de son cortex est différente, de type paraplectenchymateux mais avec des rangs verticaux de cellules bien alignées.

- Placidium lacinulatum est assez rare en France, signalé dans les départements des Bouches-du-Rhône, du Gard, du Var, et en 2005 par J.M. Emberger dans l'Hérault. Lors de la session 2003 de l'Association française de lichénologie, Renée Baubet et Jean Michel Sussey l'ont découvert, pour la première fois, dans le Vaucluse (dét. Claude Roux), enfin Danièle et Olivier Gonnet l’ont découvert en juin 2011 dans les îles du Rhône au lieudit Miribel-Jonage à Meyzieu (Rhône) et récemment à Nonza (Haute-Corse).

 - Risque de confusion avec Placidium squamulosum lorsque les rhizines sont peu développées ; la mesure de la largeur des rhizohyphes est dans ce cas utile.

 

Bibliographie

Nimis P. L. et Martellos S., 2004 - Keys to the lichens of Italy. I. Terricolous species. Edizioni Goliardiche, Trieste, 341 p. (p. 154, n° 92).

Prieto M., Aragón G. et Martínez I., 2010 - The genus Catapyrenium s. lat. (Verrucariaceae) in the Iberian peninsula and the Balearic islands. The Lichenologist 42 (6) : 637 – 684 (p.671).

Roux C., 2005 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. Suplemento 4a : eltiraĵoj. Bull. Ass. Fr. Lichénologie, 30 (2) : 5 – 14 (p. 12, n° 20).

Roux C. et coll., 2013 - Catalogue des lichens de France. 2014, pages 874 et 876.

Roux C. et Emberger J. M., 2005 - Découverte de deux Placidium intéressants dans l'Hérault (France). Bull. Ass. fr. Lichénologie, 30 (2) : 1 – 4.

Roux C. et Gueidan C., 2002 - Flore et végétation des lichens et champignons lichénicoles non lichénisés du massif de la Sainte-Baume (Var, Provence, Fr.). Bull. Soc. linn. Provence, 53 : 123 – 150 (p. 134 et 145).

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2014(2)

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]