Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 

Nephromopsis cucullata (Bell.) Divakar, Crespo et Lumbsch
= Flavocetraria cucullata
 
= Cetraria cucullata

Photos 1-2 Patrice Lefrançois - 19/05/2010 - Haute-Savoie - (74)
Légende de la photo 2 : a. sommet – b. base avec des spinules – c. vue latérale du thalle – d. thalle vue de dessous
Photos 3-4 Jean-Michel Sussey - juillet 2014 -
faux col de Restefond, 2700 m, Jausiers - (04) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Lecanorales - Parmeliaceae
 

Thalle : fruticuleux, en forme de coussinet, constitué de lanières (2-8 cm de haut et 5 mm de large), dressées, rigides, cassantes, canaliculées, cucullées (± en forme de capuchon), blanc crème, à base souvent morte, de couleur rouge pourpre vineux, lâchement fixées au sol, formant parfois un tapis mélangé à d’autres lichens tels que Cetraria islandica ou Nephromopsis nivalis.

Face extérieure lisse ou très légèrement ridulée, portant des pseudocyphelles allongées ou arrondies, blanches, et sur le rebord de la lanière des pycnides noires, saillantes ou portées par de courtes spinules (voir photo 4). Médulle blanche.

Photosymbiote : algue verte (Trebouxia).

Chimie : Médulle K-, P- ou P faiblement jaunâtre.

Apothécies : très rares ; non observées. Spores ellipsoïdales, simples, incolores, par huit, de 5-8 × 3-5 µm.

Écologie, répartition : Terricole, ou détriticole, sur des sols calcaires ou non. Sur des pelouses alpines, rases, dans des stations bien exposées à tous les temps y compris le vent et la neige, bien éclairées et bien ensoleillées. Étages montagnard supérieur (rare), subalpin et alpin. Assez commun dans les Alpes. Existe aussi dans le Massif des Vosges, l’Ain, le Massif central et les Pyrénées.

 

Étymologie : Flavocetraria vient du latin « flavus » = jaune, du latin « cetra » = petit bouclier de cuir et du suffixe « aria » = évoquant (allusion à l’aspect de cuir et à la couleur du thalle) ; cucullata vient du latin « cucullus » = capuchon et du suffixe « atus » = muni de (allusion à la forme du sommet des branches du thalle plus ou moins en capuchon).

 

Remarques

- Nephromopsis nivalis est proche mais possède des lobes plus larges (jusqu’à 15 mm), non canaliculées, très ridées-réticulées et crépues au sommet, à base morte jaune brunâtre, sans couleur pourpre rougeâtre à la base.

- Depuis 2017-2018, les genres Flavocetraria et Tuckermannopsis dsont placés ans le genre Nephromopsis.

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2015(1)

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]