Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 

Hymenelia epulotica (Ach.) Lutzoni phyco. epulotica

Photos 1-2 Françoise Guilloux - Combe de l’Igue, Bellefontaine, 1217 m - Jura - (39) -
Photos 3-4 Anne-Sophie Raymond et texte de Jean-Michel Sussey - 27/08/2003 - Sur paroi verticale dans le lit du Calavon
pont du Calavon entre Carniol et Oppedette, alt. 400 m - Alpes-de-Haute-Provence - (04) -
Photos 5-7  Olivier Gonnet - 2/6/2015 - Combe Lavaux, Côte-d'Or - (21) -


 

Ascomycota - Ostropomycetideae - Ostropales - Hymeneliaceae

 

Thalle : crustacé, non lobé au pourtour, assez bien délimité, endolithique et continu ou bien épilithique mince et dans ce cas continu ou fendillé, rose saumon ou parfois jaunâtre, brunâtre ou grisâtre.

Photosymbiote : algue du genre Trentepohlia dont les cellules font 20-40 µm de diamètre.

Chimie : thalle, apothécies, épithécium K- ; épithécium N-.

Apothécies : 0,2-0,7 mm, un peu difformes, rondes ou allongées, immergées dans le thalle et, par temps sec, séparées de celui-ci par une fissure circulaire. Disque concave puis plat, rose (plus vif quand il est humide) plus rarement brun pâle. Rebord propre blanc et bien visible. Épithécium incolore. Paraphyses simples, non ou peu ramifiées. Spores ellipsoïdales, simples, incolores, par huit, de 13-22 x 5-12 µm.

 

Écologie, répartition : Saxicole, calcicole. Sur parois verticales ou inclinées de calcaire compact, non ou plus rarement soumises à de très brefs écoulements ou suintements d’eau temporaires postérieurs aux pluies et fontes de neige, dans des stations bien éclairées mais non exposées directement au soleil. De l’étage mésoméditerranéen à l’étage alpin.

 

Étymologie : Hymenelia vient du grec « hymen » = membrane, hymen (à cause de la faible épaisseur du thalle) ; epulotica vient du latin « epula » = repas, festin et du suffixe « icus » = qui concerne.

Synonymes : Aspicilia epulotica (Ach.) Anzi, Biatora epulotica (Ach.) Hepp., Gyalecta epulotica Ach., Ionaspis epulotica (Ach.) Blomb. et Forssell, Ionaspis epulotica var. patellula (Arnold) H. Magn., Ionaspis rhodopsis (Sommerf.) Blomb. et Forssell., Ionaspis similis (Massal.) Jatta, Lecanora epulotica (Ach.) Nyl ex Cromb., Lecidea epulotica (Ach.) Nyl., Pinacisca epulotica (Ach.) Trevis.

 

Remarque : Hymenelia epulotica (Ach.) Lutzoni phyco. prevostii qui serait d’après certains auteurs (Smith et al. : 434), une espèce à part entière possède une algue verte du genre Trebouxia dont les cellules, beaucoup plus petites, font 7-15 µm de diamètre.

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2012-1

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]