Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


Heterodermia neglecta R. C. Harris et E. A. Tripp -  [-ID 4-]
= Anaptychia dendritica var. propagulifera = Anaptychia propagulifera
= Heterodermia dendritica var. propagulifera = Heterodermia propagulifera

Photos Jean-Paul Montavont - Texte Jean-Claude Boissière -
leg. Brigitte Lorella - 3/5/2003 - sur Quercus - Côtes-d'Armor - (22) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetes - Caliciales - Physciaceae

 

Thalle : foliacé, non ascendant mais lâchement attaché au support, rayonnant, à lobes contigus irrégulièrement ramifiés, les ramifications pouvant être fortement divergentes ou former des sinus arrondis entre les lobes. Ces lobes sont plans, lisses et légèrement brillants, ils se recouvrent partiellement et mesurent de 1 à 3 mm de large.

Le cortex supérieur est gris clair à gris-bleu et le dessous est noir violacé au centre, devenant blanchâtre à ochracé à la périphérie, pouvant comporter des nuances orangées et alors K+ pourpre. Cette face inférieure n’est pas cortiquée.

Des rhizines noires sont nombreuses et peuvent dépasser le bord, mais on ne peut pas parler de cils.

Le thalle présente de nombreuses soralies marginales, labriformes et plus rarement globuleuses. Dans ce dernier cas sur de courtes ramifications latérales d’un lobe du thalle. Les sorédies sont assez fines et blanches.

Photosymbiote : algue verte (autre que trentépohlia).

Chimie : médulle K+ jaune puis progressivement rouge, P+ jaune vif, caractéristique ici d’acide salazinique et d’acide norstictique. De l’atranorine (cortex supérieur K+ jaune) est aussi présente et de la zéorine.

Apothécies : non observées (des apothécies sont possibles mais très rares, peut-être même absentes en Europe ; elles sont presque pédicellées et le bord thallin est généralement sorédié. Les spores sont bicellulaires, brunes, de 35-46 × 16-20 µm selon POELT).

 

Habitat (données de Cl. Roux et coll.) : corticole (sur arbres feuillus) ou saxicole-calcifuge (sur rochers moussus ou non), très aérohygrophile, photophile ou modérément héliophile, non nitrophile. Étage collinéen. Ombroclimats humide et hyperhumide.

Espèce rare, patrimoniale d’intérêt national, vulnérable.

 

Remarque : Le genre Heterodermia  a été créé par Trevis en 1868. Zahlbruckner en 1907 réunit les Heterodermia avec les Anaptychia, genre qui a été maintenu seul jusqu’en 1962. POELT (1969) suit les conclusions de KUROKAWA (1962) et distingue les Anaptychia des Heterodermia par différents critères :

 

©Afl

Anaptychia

Heterodermia

chimie

K-

K+ jaune ou jaune puis rouge

spores

très larges, surface chagrinée

lisses, elliptiques et à paroi épaisse

thalles

souvent ascendants

plus appliqués

 

Ils ont en commun un cortex prosenchymateux à hyphes parallèles à la surface et incrustés notamment d’atranorine. Beaucoup possèdent des cils, tous possèdent des rhizines.

 

Bibliographie

- Roux Cl. et coll., 2017. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e édition revue et augmentée (2017). Édit. Association française de lichénologie (A.F.L.), Fontainebleau, 1581 p.

- Boissière J.-C. et J.-P. Montavont, 2005. Lichens de France, Staurolemma omphalarioides et Heterodermia propagulifera (nom actuel Heterodermia neglecta), bull. Afl, 30(2) : 15-22. Télécharger le PDF.

 

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]