Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
▲ thalle humide avec les blastidies bien visibles ▼
 
 

Caloplaca emilii Vondrak, Khodos., Cl. Roux et V. Wirth - [-ID 4-] 
=
Caloplaca areolata ss. Clauzade

Photo et texte S. Poumarat - 27/10/2019 - Sivergues - Vaucluse - (84) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
 

Thalle : épilithique, aréolé ou squamuleux-aréolé, gris plus ou moins foncé, brun-gris ou noirâtre. Sur le bord des aréoles naissent des blastidies de globuleuses à courtement cylindriques (jusqu’à 1 (2) mm.

Photosymbiote : Algue verte autre que trentépohlia.

Apothécies : 0,3-1,5 mm de diam., dispersées, zéocarines, à disque d’abord orangé puis brun plus ou moins foncé et rebord de jaune jusqu’à brun-gris clair, plus clair que le disque. Disque et rebord C-.

Chimie : cortex du thalle K+ (violet) sous le micro.

Microscopie : Spores par 8, hyalines, polarioculaires, elliptiques, 11,5-14,5 x 7-8,5 µm avec un épaississment équatorial de 4,5-7,5 µm. Hyménium haut de 70-110 µm. Épithécium K+ (pourpre). Cellules superficielles du cortex du thalle et cortex du rebord thallin avec du gris de sedifolia, K+ (violet) et N+ (rouge).

Habitat (d'après Roux et coll., 2020) : saxicole, laticalcicole, mésophile, surtout héliophile. Au début, parasite de divers lichens crustacés. Étages mésoméditerranéen, supraméditerranéen et collinéen. Assez commun dans le midi méditerranéen.

 

Thalle présenté : Sivergues (Vaucluse, 84), parking du hameau, alt. 553 m, le 27/10/2019. Sur le desssus plat d’un rocher calcaire, parasite d’Aspicilia sp.. Leg. et herbier S. Poumarat 2019-442, det. C. Roux.

 

Remarques : Avec les apothécies jaunes ou orangées, le thalle gris ou gris-brun et les spores à épaississement équatorial de plus de 4 µm, C. emilii appartient au groupe de Caloplaca cerina, et dans celui-ci aux quelques espèces à apothécies zéorines à disque d’orangé à brun avec blastidies ou soralies. C. soralifera est sorédiés comme son nom l’indique, C. xerica a des apothécies qui réagissent en pourpre avec C et est calcifuge et non parasite à ses débuts.

 

Bibliographie

CLAUZADE et ROUX Cl., 1985. Likenoj de Okcidenta Eǔropo. Illustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, nouv. sér., n. spéc. 7, 893 p. Sous Caloplaca isidiigera p. p.

OZENDA P. et CLAUZADE G., 1970. Les Lichens. Etude biologique et flore illustrée. Edti. Masson, Paris, 800 p. Sous Caloplaca areolata

ROUX C. et coll., 2020. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e édition revue et augmentée (2020). Édit. Association française de lichénologie (A. F. L.), Fontainebleau.

VONDRÁK J., FROLOV I., ŘĺHA P., HROUZEK P., PALICE Z., NADYEINA O., HALICI G., KHODOSOVTSEV A. et ROUX C., 2013. New crustose Teloschistaceae in Central Europe. The Lichenologist, 45(6) : 701-722.

 

Photos complémentaires sur le site de Serge Poumarat : [Lichens de Catalogne

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]