Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 

Caloplaca navasiana Nav.-Ros. et Cl. Roux

Photos 1-4 et texte Serge Poumarat - 3/10/2017 - plage de la Garoupe - Alpes-Maritimes - (06) -
Photo 5 micro Jean-Michel Sussey - 3/10/2017 - plage de la Garoupe - Alpes-Maritimes - (06) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
 

Thalle : crustacé d’endolithique à, en partie, épilithique mince, peu visible ou de continu à fendillé-aréolé, de blanchâtre à jaune ochracé.

Photosymbiote : algue verte (Chlorococcales).

Réactions chimiques : thalle blanchâtre et K- ou jaune ochracé et K+ (pourpre), apothécies K+ (pourpre).

Apothécies : (0,1) 0,2-0,5 mm de diamètre, très vite appliquées sur le thalle, de jaune ochracé à orangées, d’abord à peine concaves puis très vite planes, avec un rebord propre concolore et disparaissant à la fin, sans rebord thallin.

Microscopie : spores par 8, hyalines, polariloculaires, ellipsoïdales, 9-13 x 5-6,5 µm avec un épaississement équatorial de 4,5-5,5(6) µm de longueur. Hyménium haut de 50-80 µm. Épithécium jaune brun clair, K+ (pourpre). Paraphyses simples, à sommet avec 1 ou 2 cellules renflées ou moniliformes (jusqu’à 5 cellules renflées), cellule terminale large de 3-6 µm.

Habitat (d'après Roux et coll., 2017) : sur roches calcaires soumises aux embruns, xérophile, héliophile. Étage adlittoral du littoral méditerranéen et atlantique méridional.

 

Thalles présentés : Antibes (Alpes-Maritimes, 06), plage de la Garoupe, alt. 1 m, le 03/10/2017. Sur un affleurement calcaire subissant les embruns de la mer (étage adlittoral). Détermination C. Roux et herbier S. Poumarat 2017-67, 70, 76.

 

Remarques : Les thalles étudiés ici sont jaune ochracé et K+ (pourpre) avec des parties blanchâtres K-. Sur les roches calcaires à l’étage adlittoral, on peut confondre C. navasiana avec C. itiana, très proche mais uniquement connu, pour l’instant, du littoral de la Manche (voir le tableau comparatif dans Roux et al., 2009 : 8). Toujours sur rochers calcaires, les formes à thalle réduit de C. velana, mais à apothécies plus grandes, et C. schaereri ressemblent aussi à C. navasiana mais ils sont absents de l’étage adlittoral et présents seulement loin du littoral et même hors de la région méditerranéenne pour le second.

 

Bibliographie

CLAUZADE et ROUX Cl., 1985. Likenoj de Okcidenta Eǔropo. Illustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, nouv. sér., n. spéc. 7, 893 p.

NAVARRO-ROSINÉS P. et ROUX C., 1995. Caloplaca navasiana Nav.-Ros. et Roux sp. nov., espèce nouvelle de lichen du littoral méditerranéen. Cryptogamie, Bryol. Lichénol., 16 (2) : 89-97.

ROUX C. et coll., 2017. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e édition revue et augmentée (2017). Édit. Association française de lichénologie (A. F. L.), Fontainebleau, 1581 p.

ROUX C., BOULANGER M. et MALLE N., 2009. Caloplaca itiana sp. nov., espèce nouvelle de lichen du littoral de la Manche (France). Bull. Ass. Fr. Lichénol., 34 (1) : 1-10

- Photos complémentaires sur le site de Serge Poumarat : [Lichens de Catalogne]

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2018-1

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]