Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 
 

Caloplaca limitosa (Nyl.) H. Olivier = Caloplaca festiva var. decussata

Photos 1-2 Olivier Gonnet - 2/12/2014 - Bonifacio, île Cavallo, alt. 13 m - Corse - (20) -
Photos 3-4 Olivier Gonnet - 11/10/2015 - Paragan Fenu - Corse - (20) -
Photos 5-6 Serge Poumarat - 6/10/2017 - Théoule-sur-Mer - Alpes-Maritimes - (06) -
Photo 7 et texte micro Jean-Michel Sussey - 2/10/2017 - Théoule-sur-mer - Alpes-Maritimes - (06) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
 

Thalle : crustacé, non lobé au pourtour, fendillé-aréolé, blanchâtre ou grisâtre clair, moyennement épais, un peu rugueux, entouré et traversé par des lignes hypothallines noires plus ou moins larges, formant un damier irrégulier dont chaque case est délimitée par ces lignes hypothallines.

Photosymbiote : Trebouxia.

Réactions chimiques : cortex K-, apothécies K+ pourpre ; (rebord de l’apothécie C+ rouge.

Apothécies : (0,2-0,9 mm de diamètre) assez nombreuses, à disque concave au début puis plan et enfin convexe, d’un beau rouge ferrugineux et à rebord propre bien visible souvent sinueux et déformé, un peu plus clair que le disque, disparaissant plus ou moins à la fin.

Microscopie : épithécium brun. Hypothécium incolore. Hyménium sans gouttelettes d’huile. Spores polariloculaires, largement ellipsoïdales, incolores, par huit, de 9,5-15 × 5,5-8 µm avec un épaississement équatorial de 5,5-7 µm, à peu près égal à la moitié de la longueur de la spore. Paraphyses simples ou rarement ramifiées, de 1-1,5 µm d’épaisseur à la base et de 2-4 µm d’épaisseur pour les cellules apicales.

Pycnides rouges, pycnidioconidies bacilliformes.

Habitat : espèce saxicole, calcifuge, sur roches silicatées très cohérentes, subneutrophile ou acidophile, halophile, assez photophile ou héliophile, thermophile, héminitrophile. Étages adlittoral, thermo-, méso- et plus rarement supra-méditerranéen.

 

Étymologie : Caloplaca vient du grec « calo » = beau, du grec « placa » = plaque ; limitosa vient du latin « limitare » = entourer de frontières et du suffixe « osa » = plein de (allusion au fait qu’il est complètement délimité par une ligne hypothalline noire).

 

Remarques : On pourrait dire que c’est un « Caloplaca crenularia » à thalle clair entouré et traversé par des lignes hypothallines noires et se trouvant sur le bord de mer ou pas très loin de celui-ci, en région méditerranéenne. Caloplaca crenularia peut avoir ou non des gouttelettes d’huile dans l’hyménium et peut être ou non entouré par une ligne hypothalline noire.

 

Bibliographie :

- Calatayud V. et Barreno E., 1994 – Contribution to the lichen floristics of eastern Spain. I. Silicolous lichens and their lichenicolous fungi of serra d'Espadà (Castelló). Cryptogamie, Bryol. Lichénol., 15(1) : 23–41 (p. 28).

Clauzade G. et Roux C., 1985 – Likenoj de Okcidenta Eŭropo. Ilustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, n° spéc. 7, S.B.C.O. édit., St-Sulpice-de-Royan, 893 p. (p. 265, n° 118).

- Roux C. et coll., 2017 – Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e éd., Édit. Association française de lichénologie (A.F.L.), Fontainebleau, 1581 p., 2 tomes (p. 358)

- Roux C., 2017 – Clé des Caloplaca. Version provisoire (v.14f – 07.11.2017), inédit, 126p. (p. 118, n° 145).

 

- Photos complémentaires sur le site de Serge Poumarat : [Lichens de Catalogne]

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2018-1

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]