Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 

 

 

Caloplaca rouxii Gaya, Nav.-Ros. et Llimona
= Caloplaca saxicola subsp. miniata = Lecanora miniatula = Lecanora murorum var. miniata = Lichen miniatus

Photos Jean-Michel Sussey -22/7/2014 - faux col de Restefond, 2700 m - Alpes-de-Haute-Provence - (04) -
sur une tête rocheuse de calcaire très cohérent et compact


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
 

Thalle crustacé, lobé au pourtour, souvent en rosette, petit, (jusqu’à 11 mm de diamètre), bien délimité, lâchement fixé au substrat. Lobes périphériques courts (maximum de 1,2 mm) et très convexes, parfois légèrement ramifiés et imbriqués. Aréoles centrales polygonales et plates. Face supérieure rouge écarlate ou orange rougeâtre, non pruineuse, avec parfois des taches décolorées correspondant à un amincissement du cortex. Thalle à cortex scléro-prosoplectenchymateux avec les hyphes perpendiculaires à la surface et des cellules allongées.

Photosymbiote : Algue protococcoïde (Trebouxia) à cellules abondantes formant un matelas sous l’hypothécium.

Chimie : thalle et apothécies K+ pourpre

Apothécies (0,3-1,8 mm) nombreuses, à disque concave puis convexe, non pruineux, à rebord propre plus clair que le disque et rebord thallin concolore au thalle et lisse ou crénelé chez des exemplaires âgés, déformées par compression mutuelle, au début immergées puis sessiles, couvrant les aréoles et la base des lobes, parfois même l’extrémité des lobes.

Épithécium assez épais, jaune brunâtre.

Hypothécium incolore.

Paraphyses abondamment ramifiées de 1,5-3,5 µm de diamètre à la base, avec des cellules apicales renflées de 3-6,5 µm.

Spores polariloculaires, incolores, par huit, de (10)11,5-15(16,5) × (3,5)5-6(7) µm avec un épaississement équatorial de (2,5)3,5-5(6) µm de longueur.

Écologie, répartition : Saxicole, calcicole. Sur le sommet de rochers calcaires dans des stations exposées à tous les temps y compris au soleil et à la neige. Nitrophile, surtout ornithocoprophile. Étages subalpin et alpin. Assez peu commun. Alpes et Hautes-Pyrénées.

 

Étymologie : Caloplaca vient du grec « calo » = beau et du grec « placa » = plaque ; rouxii en hommage à Claude Roux, lichénologue français (1945).

 

Remarques :

- Xanthoria elegans a un thalle plus grand, muni d’un cortex inférieur, des lobes longs, en forme de doigts, non imbriqués mais bien juxtaposés les uns par rapport aux autres, et sa face supérieure est maculée de taches plus claires caractéristiques.

- Caloplaca biatorina subsp. biatorina a un thalle plus grand, des lobes un peu plus longs et plus plats, ordinairement chagrinés, les apothécies au centre et des spores plus larges à aspect renflé.

Bibliographie

- Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine de C. Roux et coll., 2014, aux éditions des Abbayes, pages 247-248.

- Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eŭropo. p. 236.

- Roux C., 2014, Clé des Caloplaca. Version provisoire (v.12 – 10.11.2014), inédit, 121 p. (p. 71, n° 85).

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2015(2)

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]