Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 

Caloplaca crenulatella (Nyl.) H. Olivier

Photos et textes de Jean-Michel Sussey (sur rocher calcaire - Bogève - Haute-Savoie - 74)


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Teloschistales - Teloschistaceae
 

Genre : Caloplaca vient du grec “calo” = beau, et du grec “placa” = plaque

Espèce : crenulatella du latin “crenul” = petites entailles.

Groupe : Gyalolechia (d'après la clé de Cl. Roux).

Synonymes : Caloplaca clauzadei B. de Lesd., Caloplaca ferrarii var. diabasicola Servit et Cernoh., Caloplaca lactea f. aestimabilis (Arnold) Lettau, Caloplaca lactea f. aurata (Harm.) Zahlbr., Caloplaca lactea f. ecrustacea (Harm.) Zahlbr., Caloplaca lactea f. flavicunda Oliv.) Zahlbr., Caloplaca luteoalba f. flavicunda H. Olivier, Caloplaca prinii B. de Lesd., Gyalolechia lactea f. aestimabilis Arnold, Lecanora aurantiaca var. erythrella f. ecrustacea (Harm.), Lecanora crenulatella Nyl., Lecanora lactea f. aurata Harm., Lecanora lactea f. ecrustacea (Harm.) Harm.

 

Observation à la loupe : Thalle crustacé de couleur jaune pâle à jaune d'œuf ou même franchement orange, non lobé au pourtour, mince, constitué d’aréoles (0,2-0,5 mm) plus ou moins éparses, parfois presque invisible mais aussi sur certaines formes, très denses formant un thalle bien délimité. Apothécies (0,2-0,8 mm) non endolithiques, saillantes, avec un bord persistant, entier, souvent crénelé, de la même couleur que le thalle, le disque étant un peu plus jaune orangé.

 

Observation au microscope : Spores polariloculaires, par huit, de 13-23 x 5-8 µm, avec un épaississement équatorial très court de 1 à 3 µm de longueur, en tous cas inférieur à 1/5 de la longueur de la spore. Paraphyses simples ou souvent avec des ramifications apicales (2-3) dont la dernière cellule est dilatée jusqu'à 3-5 µm d'épaisseur.

Nota : Caloplaca crenulatella est le seul Caloplaca du groupe des “Caloplaca lactea” dont le parathécium perd rapidement sa cohérence dans une solution de KOH.

 

Réactions chimiques : K + pourpre (thalle et apothécies).

 

Récoltes : Herb. JMS N° 1526B et N° 1643

- Date :  05.12.01  Lieu :  74250 Bogève - Ajon  Alt. : 1250 m

- Écologie, répartition : saxicole, calcicole, mais également sur roche non calcaire contenant des nitrates et substances basiques d'origine anthropozoïque. Souvent sur des cailloux sur le sol. Il envahit communément les vieux thalles de Verrucaria nigrescens ou d' Aspicilia contorta.

- Support : sur rocher très calcaire ou sur petites pierres sur le sol au bord d’un chemin.

 

Remarques :

Il fait partie des Caloplaca à spores munies d'un épaississement équatorial très court (moins de 3µm). Personnellement je l'ai récolté dans l'Ain à proximité de Genève (Suisse) à l'altitude de 460 m, sur du mortier, en 1998; en Haute-Savoie jusqu'à 1500 m d'altitude sur support calcaire, en 2001.

Il semblerait qu'on le trouve depuis l'étage méditerranéen jusqu'à l'étage alpin, aussi bien dans des régions sèches et chaudes que humides et tempérées froides.

Compte tenu des différentes formes de son thalle pouvant être très bien développé ou, au contraire, très peu développé ou presque invisible, de sa couleur allant du jaune sale à l'orange foncé, et de tous ses différents supports, nous constatons qu'il est très polymorphe, ce qui explique le nombre important de synonymes. Toutes ces différentes conditions sont sources de nombreuses erreurs de détermination, sans le contrôle microscopique.

- Caloplaca ferrarii a un thalle K-, de couleur grise et pratiquement invisible, des apothécies et des spores plus grandes, une répartition méditerranéenne et un caractère saxicole, calcicole strict.

- Caloplaca lacteoides dont le thalle est endolithique non visible et les paraphyses simples est aussi uniquement saxicole, calcicole, mais méditerranéen et subméditerranéen.

- Caloplaca lactea a un thalle pratiquement invisible et de très petites apothécies (0,1 - 0,3 mm) avec un disque jaune orangé plat ou presque et surtout des spores très courtement ellipsoïdales dont la largeur est la moitié de la longueur. Il est saxicole, calcicole, uniquement méditerranéen.

Caloplaca marmorata a un thalle pratiquement invisible mais des apothécies de couleur brun rouge que l'on remarque facilement sur les petits cailloux calcaires sur le sol des régions sèches méditerranéennes.

- Caloplaca paulii a des lobes assez larges (2-3 mm), des spores fusiformes, sur escarpements verticaux plus ou moins calcaires, et il est subalpin ou alpin.

- Caloplaca interfulgens à la couleur de Candaleriella vitellina, un thalle squamuleux ou squamuleux-aréolé, un épaississement équatorial de la spore plus grand, de 2-3,5 µm de longueur et n'est connu qu'en Afrique du Nord.

 

Bibliographie :

Cabi Bioscience Databases - ISF Species Fungorum - http://www.indexfungorum.org

Clauzade G. et Roux C., 1985 - Likenoj de Okcidenta Eùropo. Illustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, n° spec. 7, S.B.C.O. édit., St-Sulpice-de-Royan, 893 p. (p. 246 n° 53)

Dobson F.S., 2005 - Lichens. An Illustrated Guide to the British an Irish Species. The Richmond Publisching Co. Ltd. édit., England, 480 p. (p. 100 n° 12)

Navarro-Rosinés P. et Hladum N. L., 1996 - Las especies saxicolo - calcicolas del gruppo de Caloplaca lactea (Theloschistaceae, liquenes), en las regiones mediterranea y medioeuropaea. Bull. Soc. linn. Provence, 47 : 139 - 166 (p. 145)

Purvis O. W., Coppins B. J., Hawksworth D. L., James P. W. et Moore D. M., 1992 - The lichen flora of Great Britain and Ireland. Natural History Museum Publications and British Lichen Society édit., London, 710 p. (p. 150 n° 18)

Roux Cl., 2007 - Clé des Caloplaca. Inédit (p. 20 n° 53)

Roux Cl., Coste C., Bricaud O., Masson D., 2006 - Catalogue des lichens et des champignons lichénicoles de la région Languedoc-Roussillon (France méridionale). Bull. Soc. linn. Provence, 57 : 85 - 200 (p. 102 n° 201)

Wirth V., 1995 - Die Flechten Baden-Württembergs (tome 1). Ulmer édit., Stuttgart, 1006 p. (p. 227)

 

A noter : Cette fiche est l'une des 12 fiches publiées dans le bulletin AFL 2005_1.

Une monographie des espèces européennes du genre Caloplaca est en préparation

(par Jean-Michel Sussey et Claude Roux)

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]