Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 
 
 

Cladonia coniocraea (Flörke) Spreng.

Textes et photos1-2  Jean-Pierre Gavériaux - dunes de St-Frieux - Pas-de-Calais (62)
Photos 3-5 Olivier Gonnet - 30/11/2014 - Mont Cenis - Savoie - (73) -
Photo 6 et texte Jean-Michel Sussey - 25/10/2017 - Chamonix-Mont-Blanc, alt. 1300 m - Haute-Savoie - (74) -
Photo 7 Serge Poumarat - 2014 - Pyrénées-Orientales - (66) -
Fiche herbier Jean-Claude Boisssière n° 3947 - Fontainebleau -


 

Ascomycota - Lecanoromycete - Lecanorales - Cladoniaceae
 

Thalle primaire : bien développé, formé de squamules (1-3,5 mm) persistantes, nombreuses, à lobes crénelés et divisés, étalés puis relevés aux extrémités, à cortex supérieur vert gris lisse. Face inférieure blanche.

Podétions : 1-3 cm de haut, en alênes, souvent courbes, obtus ou terminés par un scyphe étroit dont le diamètre ne dépasse pas ou très peu celui du pied, non ou très peu prolifères. Base cortiquée lisse sur 1-2 mm se raccordant au cortex de la squamule. Limite supérieure de la partie cortiquée craquelée, laissant place à des sorédies jusqu'au sommet, y compris l’intérieur des scyphes qui n'est jamais cortiqué.

Apothécies et pycnides brunes, situées en couronne à l’extrémité des minuscules scyphes, mais rarement présentes.

Chimie : podétions P+ rouge, K- (parfois K+ brunâtre), C-, KC-, UV-.

Écologie : espèce lignicole (sur bois en décomposition), quelquefois corticole (sur la base des troncs), terricole, muscicole, calcifuge. Dans des stations bien éclairées avec un air ambiant humide. partout en France (y compris en Corse), sauf dans des régions trop sèches ou trop froides. Commun. De l’étage mésoméditerranéen à la base de l’étage subalpin (zone des épicéas).

 

Étymologie : Cladonia vient du grec « klados » = rameau (allusion au thalle secondaire en forme de rameau, de buisson chez certaines espèces) ; coniocraea vient du grec « konis » = poussière, du grec « kras » = tête et du suffixe « eus » = fait de « qui a une tête couverte de poussière » (allusion aux sorédies recouvrant les podétions).

Synonymes : Cladonia apolepta (Ach.) H.M. Hansen et M. Lund, Cladonia coniocraea f. ramulosa (Delise) M. Choisy, Cladonia fimbriata var. coniocraea (Flörke) Nyl., Cladonia pycnotheliza Nyl.

 

Remarque : Espèces voisines avec lesquelles il y a risque de confusion

- Cladonia macilenta (non fertile) : teinte plutôt gris-bleu, ne se modifiant pratiquement pas sa couleur en présence d’eau et K+ jaune puis rouge.

- Cladonia ochrochlora : a des podétions plus grands (2-5 cm), plutôt en forme de scyphes et il est corticole avec, au contraire de Cl. coniocraea (lignicole), l’intérieur de la coupe et la base du podétion cortiqués, le reste étant sorédié. Selon certains auteurs, il semblerait que ces deux lichens soient conspécifiques.

- Cladonia rei : UV+ blanc

- Cladonia glauca : P-, K-, R- mais UV+ bleuâtre et présentant des fentes longitudinales sur les podétions.

 

Cette espèce a fait l'objet d'une fiche détaillée dans le bulletin AFL 2018-1

dans le cadre des fiches du débutant publiées depuis 2002 par Jean-Michel Sussey

 

 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]