Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés de France - AFL


 
 
 
 
 
 
 
 

Candelariella vitellina (Hoffm.) Müll. Arg. chémo. vitellina

Photos Patrice Lefrançois (Alpes de Haute-Provence, Orne - 61) / François Julien (Ille-et-Vilaine - 35) /
Françoise Guilloux (Vaucluse - (84) / Olivier Gonnet - Lozère - (48) -


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Candelariales - Candelariaceae
 

Thalle : bien visible, jusqu’à plusieurs cm de Ø,  jaune en général assez vif, souvent concolore aux apothécies, non clairement délimité ni lobé au pourtour, constitué de granulations noduleuses à subsquamuleuses (0,5-2 mm), convexes à un peu aplaties, quelquefois éparses mais le plus souvent groupées pour former une croûte épaisse.

Photosymbiote : algue chlorococcoïde.

Chimie : granules du thalle légèrement K+ (rose jaunâtre) ) ; apothécies K+ rose orangé.

Apothécies : fréquentes, (0,5-1,5 mm), plates,  K+ (orangé) avec rebord entier, crénelé ou granuleux, mince ou épais, en général persistant.

Asques contenant (12)16 à 32 spores, de 9-15 x 4-5 µm.

Pycnides fréquentes avec conidies courtement bacilliformes 2,5-3 x 1-1,5 µm.

Habitat : Partout, très fréquent. Sur toutes sortes de substrats (même d'autres lichens) mais surtout sur roches non calcaires, enrichies en nitrates par les oiseaux. Plus commun que Candelariella aurella sauf dans les zones urbaines polluées et sur roches calcaires.

 

Remarque : espèce très variable, chez les jeunes spécimens, le thalle granuleux peut être réduit à une couche très mince ± continue ; la couleur peut varier du jaune à l’orangé.

 

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]