Association Française de Lichénologie - Les champignons lichénisés - AFL


Thalle squamuleux, à squamules dispersées ou regroupées formant des alignements.

Apothécies par une ou plusieurs dans chaque squamule, à disque plus ou moins rugueux et plus foncé que le thalle.

Acarospora modenensis H. Magn. = Acarospora engadinensis

Photos et texte de Jean-Michel Sussey - 11/5/2014 - sur roche siliceuse -  Espagne


 

Ascomycota - Lecanoromycetideae - Lecanorales - Acarosporaceae
 

Thalle : squamuleux, constitué de squamules (0,3-1 × 0,3-0,8 mm) brun châtaigne plus ou moins foncé, dispersées ou regroupées pour former des alignements (le long de fissures par exemple).

Photosymbiote : algue protococcoïde.

Apothécies : .en général par une ou plus rarement par plusieurs (2 – 4), occupant la majeure partie ou la presque totalité de la squamule, à disque concave brun plus foncé que le thalle, lisse ou légèrement rugueux, parfois omboné et avec un bord plus ou moins épais.

Cortex paraplectenchymateux avec au-dessous une couche en général discontinue d’algue protococcoïde.

Hyménium de 60-90 µm de haut.

Paraphyses de (1,5)2-2,5 µm d’épaisseur avec les cellules apicales de 3-5 µm d’épaisseur.

Spores ellipsoïdales, simples, incolores, de 3-6 × 1,5-2,5 µm, en apparence par 100 à 200 dans chaque asque.

Chimie : thalle et médulle K-, C-, KC-, P-.

Habitat : espèce saxicole, calcifuge, sur des rochers ou des pierres de roches siliceuses ou à peine calcaire, dans des stations à atmosphère plutôt sèche et bien exposées au soleil. Rare en France, mais plus commun en Espagne. De l’étage adlittoral à l’étage subalpin.

 

Thalle présenté : Herb. JMS. N° 2972B7. Date : 11.05.14. Lieu : Estación de Herreruela, Badaroj, Estrémadure, Espagne, route d’Alburquerque Ex324, Entrée de la propriété "La Galana de entresierras". GPS : N 39°23’11’’ et W 6°55’50’’. Alt. 480 m.

Support du spécimen : Au sol, sur une pierre siliceuse dure, sur le talus de la route.

 

Étymomogie : Acarospora vient du grec « acaris » = trop petit pour être coupé, ténu, coupé et du latin « spora » = semence (allusion à la très petite taille des spores) ; modenensis vient de « Modena » ville italienne d’Émilie-Romagne et du suffixe latin « ensis » = indiquant l'origine du lieu de la première découverte.

 

Remarque : trouvé sur des pierres siliceuses, concassées, servant à renforcer les bordures de routes, presque toujours en compagnie d’Amandinea punctata, Caloplaca conversa, Miriquidica deusta, Rinodina aspersa subsp. aspersa

 

Bibliographie

Aragón G., García A. et López R., 2006. Aportación al conocimiento de los líquenes rupícolas que colonizan las pedrizas del Parque Nacional de Cabañeros. Botanica Complutensis 30: 53-59 (p.57).

Clauzade G. et Roux C., 1981. Les Acarospora de l'Europe occidentale et de la région méditerranéenne. Bull. Mus. Hist. nat. Marseille, 41 : 41-93 (p. 84, n° 57).

Clauzade G. et Roux C., 1985. Likenoj de Okcidenta Eŭropo. Ilustrita determinlibro. Bull. Soc. bot. Centre-Ouest, n° spéc. 7, S.B.C.O. édit., St-Sulpice-de-Royan, 893 p. (p. 147, n° 52).

Roux C. et coll., 2017. Catalogue des lichens et champignons lichénicoles de France métropolitaine. 2e éd. A.F.L. édit. Fontainebleau, 1581 p. 2 tomes (p. 38).

 

Reproduction partielle de l'une des 18 fiches du débutant

publiées dans le bulletin AFL 2017-1 par Jean-Michel Sussey

 

 


 

 [Retour à la liste des espèces] - [Retour au sommaire]